Les Services Dans L’Enseignement

uyekurulus

• LES SERVICES DANS L’ENSEIGNEMENT

Conformément aux objets de ses statuts, notre Fondation attache la plus grande attention au monde de l’enseignement et soutient à cet effet toutes sortes de services destinés à l’éducation et à l’enseignement des élèves et des étudiants. Il va s’en dire qu’un avenir brillant ne peut être assuré que par une génération éduquée sur tous les plans.

De ce fait, la Fondation Hayrât met en place des programmes en vue d’élever des générations pour lesquelles priment les valeurs morales et historiques.

Pour atteindre ce but, notre fondation réalise des activités essentielles par le biais de séminaires, de conférences et en créant des groupes de travail spécifiques, dans le domaine de l’éducation, du droit, de la santé et de l’aide sociale. Ces groupes publient leurs travaux sous forme de livres ou d’autres moyens qui contribuent ainsi au progrès et à l’essor de notre société.

• LES ORGANISATIONS AUXQUELLES NOUS SOMMES MEMBRES

L’Union des Organisations Non-Gouvernementales du Monde Islamique ( UOMI ) : Nous sommes le membre fondateur de l’Union des Organisations Non-gouvernementales du Monde Islamique (UOMI).

Ali Kurt, avocat de profession, l’un des membres du Comité de Direction de la Fondation Hayrat, a été élu au poste d’Adjoint au Secrétaire Général de l’UOMI et représente les organisations non-gouvernementales turques au sein de cette institution.

L’Union des Organisations Non-gouvernementales du Monde Islamique –UOMI a été fondée le 1er mai 2005 et enregistrée le 30 décembre 2005, suivant l’Article 3335 régissant l’acte de constitution des organisations internationales, dont ses statuts juridiques ont été lus et approuvés par le Conseil des Ministres et ont obtenu l’approbation du Président de la République de Turquie.

L’Union des Organisations non-gouvernementales du Monde Islamique nous fait le rappel de certaines valeurs tombées aujourd’hui en désuétude. En réalité, les concepts comme « Société Civile » ou « bénévolat » ne sont pas nouveaux pour nous, contrairement au constat de certains. Si nous remontons à l’Ère de la Félicité, nous verrions que la Société Civile, présente au cœur de la Ville de Médine, est l’héritage de Notre Prophète (la paix et le salut d’Allah soit sur Lui et avec eux tous). Comme il (PSSL) est le meilleur repère pour chaque individu de son époque, tous ses compagnons (Bénédiction d’Allah soit sur eux) sont de ce fait les meilleurs acteurs d’une société civique. N’ont-ils pas été exemplaires tant par leur entraide que par leurs étonnants sacrifices ? Nous démontrons ainsi la sérénité qui peut régner dans une société civique, unie et solidaire.

Ces êtres distingués ont alors permis l’institutionnalisation de cet esprit de solidarité et d’entraide qu’ils ont appelé « Wakf – la Fondation Dévouée ». Ils demeurent donc les pionniers et les guides des nations civilisées, en créant des fondations dévouées dans tous les domaines. La structure dynamique de la société civile actuelle émane de l’héritage de cette culture d’antan.

Si nous souhaitons revivre les beautés de l’Ère de la Félicité à nouveau et éclaircir les âmes obscurcies durant le temps de l’ignorance, nous sommes dans l’obligation de rétablir cet esprit qui était de rigueur à Médine. D’autres ont autant besoin que nous de cet appel.
Voici qu’elle sera la mission capitale de l’Union des Organisations Non-gouvernementales du Monde Islamique !

Cette Union sera une plate-forme sur laquelle nous aurons la possibilité de présenter les fondements d’une vie civique semblable à celle du temps de l’Ère de la Félicité. On s’efforcera de combler les lacunes de chacun d’entre nous à l’aide de cette synergie.

Cette Union sera une voix du Monde Islamique.

Cette Union est notre âme et notre identité. La raison d’être de cette Union est nous-mêmes et ses repères sont issus de notre culture qui date de plus de 14 siècles. En tant qu’organisation non-gouvernementale et à travers cette Union, nous avons la vocation de prendre l’initiative et de démontrer les vrais sens des termes « humanité, société civique, droits et liberté ».

Notre message qui s’adresse au monde entier est le suivant : « ayez un autre regard, une nouvelle perspective sur les événements, généralement planifiés d’avance dans les coulisses par les ingénieurs de société et évaluez-les, ne serait ce qu’une seule fois en vous basant sur nos points de vue ».

Ils entendront cette voix et comprendront les messagers de cette culture qui interdit le meurtre des civils, même en temps de guerre et qui considère le meurtre d’un homme innocent comme le massacre de l’humanité toute entière. Ils ont besoin aussi de la chaleur et de l’immense affection que dégage ce message.

Les gendarmes et les forces de l’ordre d’une civilisation basée sur un concept de « deux poids deux mesures » qui incarnent l’insincérité, ne peuvent pas constituer une réelle société civique. Qu’est-ce que l’on peut apprendre de ceux dont les cœurs sont restés hermétiques aux valeurs morales ?

Il est indubitable qu’il n’y a guère de spiritualités là où pullulent l’hypocrisie, l’opportunisme et les petits calculs personnels, alors que dominaient l’amitié, la vertu et l’approbation d’Allah dans l’Esprit de Médine ; ce qui procura à la société une vie sereine et prospère.

• LA FONDATION DES INSTITUTIONS CARITATIVES DE TURQUIE : FICT – (TGTV)

La Fondation Hayrat est aussi membre de la fondation FICT qui est la plus grande organisation non-gouvernementale de la Turquie avec ses 110 membres. La Fondation Hayrat est représentée par Ahmed Semiz, membre du Haut Conseil de Consultation de la FICT et Ali Kurt, membre du Bureau Exécutif et du Conseil d’Administration de la FICT.

L’homme, créé d’une manière parfaite a été dotée également de hautes qualités telles que la vertu et la solidarité. L’accomplissement des bonnes actions est un privilège aux gens de bonne foi. Cette action est un acte de sacrifice destiné à atteindre ses propres objectifs. Ces gens bienveillants, qui se sont portés volontaires pour accomplir cette noble tâche, n’attendent aucune récompense matérielle en contrepartie des services rendus. Ils se font discrets quand il est question de récompense, mais n’hésitent pas une seconde à répondre présent lorsque l’on a besoin d’eux, lorsqu’il y a une difficulté à surmonter ou bien une souffrance à partager. Comme ils sont les premiers à assumer de lourdes responsabilités ; ils seront alors les premiers auxquels seront destinés les grands mérites. Ils ne se vantent pas de ce qu’ils ont accompli, ils n’oublient pas non plus qu’ils seront tenus responsables de ce qu’ils n’ont pas fait. Ils n’oublient jamais d’où ils viennent et où ils vont. Est-il écrit ainsi dans le cœur d’une personne dévouée : « le devoir passe avant ma propre personne » !

Les institutions caritatives accomplissent ces devoirs bénis comme ils incitent les meilleurs sentiments humains à se manifester. Les institutions caritatives font de chacun de leurs membres une personne dévouée. La société civile signifie la société civilisée. Nous, nous sommes les membres d’une civilisation dont les fondements sont basés sur les concepts de droits, et dont les objectifs sont la vertu, la solidarité, l’entraide et l’approbation d’Allah. Si les principes essentiels de cette civilisation étaient appliqués dans la vie sociale, il se peut que naisse alors une meilleure société civique.

Notre civilisation est la civilisation de cœur. Les bénévoles de cette civilisation, ainsi que leurs institutions, s’efforcent passionnément à changer le cours de ce monde. Comme ce fut dans le passé, ils espèrent pour l’avenir aussi. Le passé étant le miroir de l’avenir, la lumière tenue devant nous par nos ancêtres à travers les centaines de milliers de fondations héritées, n’est-elle pas l’assurance d’une infrastructure culturelle de notre avenir prospère ?